Mini Cooper Countryman

 

La Mini est devenue maxi en prenant de la hauteur et en gagnant quatre roues motrices et deux portes supplémentaires. Un bouleversement qui semble persuader de nombreux passionnés, à tel point que, deux années après son lancement, on découvre une offre pléthorique en occasion. L’offre essence (48 % des ventes) commence avec un modeste 1.6 de 98 ch.

2013_mini_cooper_countryman

Des chevaux en plus

La Cooper, équipée du même moteur poussé à 143 ch (SD) se dévoile plus pétillante. Néanmoins c’est la version S que les sportifs adopteront (1.6 de 184 ch), la JCW de 218 ch n’étant arrivée que récemment. Les gros rouleurs s’orienteront vers les diesels. Le 1.6 D de 90 ch fait illusion en agglomération, mais s’essouffle vite sur route. Préférez la variante de 112 ch, la plus diffusée, presque aussi sobre et plus rapide. En avril 2011, la mini a reçu le renfort d’un 2.0 D plus souple, développant de 112 à 143 ch (SD). En essence ou en diesel, la fiabilité est là (distribution par chaîne), bien que ces nouvelles versions ont rencontré quelquefois des problèmes de vanne EGR (encrassement en ville). Vu que la dotation en standard est « courte » et la liste d’options longue, les tarifs de base sont théoriques. Difficile de se satisfaire d’une One, bien que l’équipement couvre l’essentiel (climatisation manuelle, radio CD mp3, radar de recul, contrôle de la pression des pneus…).

countryman moteur

La plus confortable des Mini

La Coopper est plus réjouissante, ne serait-ce que pour l’indispensable toit à couleur dissociée (plus l’ordinateur de bord, les jantes en aluminium de 16 pouces…). Les hauts de gamme Cooper S et A114 soignent plus leur look (becquet de toit, jantes en aluminium de 17 pouces, volant et siège Sport, pédalier alu, antibrouillards, calandre en nid-d’abeilles, double sortie d’échappement…) que leur confort. L’intérieur gagne la climatisation automatique, un régulateur de vitesse et des commandes audio au volant. Comme la majorité des Mini, la Countryman joue la personnalisation, ce qui donne la possibilité d’obtenir une voiture « à la carte ». En occasion, le prix fluctue en fonction de la dotation du modèle convoité. Deux portes de plus et un empattement allongé (2,60 m contre 2,47 m pour une Mini normale), cela change la vie ! La Countryman sait désormais recevoir et peut convenir à un couple avec enfant. A l’arrière, deux options sont possibles : une banquette traditionnelle accueillant jusqu’à trois adultes (collés, épaule contre épaule), ou deux sièges individuels. Dans cette configuration, la console centrale coulisse de l’avant à l’arrière, ce qui n’apporte pas grand-chose à l’usage. Dommage, car les espaces de rangement sont comptés. En outre, en dépit d’une banquette coulissante, le volume du coffre est un peu juste (de 350 à 440 dm3). Si l’ambiance intérieure séduit en s’inspirant du look de la Mini originale, la qualité de finition est par contre plus discutable. De nombreux plastiques rigides, facilement rayables, risquent de mal supporter le vieillissement. Il en va de même des selleries en tissu, fragiles au niveau des coutures (notamment l’assise du siège pilote, plus sollicité).

countryman_instrument

A la fois acceuillante et polyvalente

La Countryman n’offre pas l’élégance ni la finesse de la Mini d’origine. Elle préfère miser sur l’aspect visuel, d’avantage en rapport avec le monde « viril » des véhicules tout terrain. L’ensemble demeure cependant séduisant, notamment quand la carrosserie s’habille de la livrée bicolore. De nombreux accessoires permettent de personnaliser la Mini, mais certains semblent de mauvaise qualité, principalement la partie en faux chrome (en option) encastrée sur les ailes avant, qui a tendance à se décoller. Malgré son look de 4×4, la Countryman se révèle mal protégée pour affronter les chemins creux des sous-bois (garde au sol de 16 cm seulement) ou la jungle urbaine. Les soubassements, ainsi que les flancs, sont assez exposés, et plus encore les boucliers peints couleur carrosserie. Dernier désagrément : certains exemplaires sont sensibles à l’humidité, provoquant la formation de buée dans les optiques, comme les antibrouillards.

MiniCountryMan

MiniCountryMan

Partagez cet article!

  • Facebook
  • Twitter
  • Email

Répondre

Email
Print